A partir de fin mai 2017, tous les enfants qui accèderont en Italie aux services publics et à l’éducation nationale, devront avoir été vaccinés. Le Ministre de la Santé Beatrice Lorenzin essaie ainsi de mettre fin à des mois, voire des années de polémiques, sur l’opportunité de vacciner ou non son enfant. Face à la méfiance accrue envers l’industrie pharmaceutique et envers la médecine traditionnelle, un nombre toujours plus important de parents a décidé, ces dernières années de renoncer aux vaccins, même aux quatre  « historiquement » obligatoires, comme par exemple l’anti-poliomyélite et l’anti-tétanos. Ce refus a conduit à un affaiblissement de la couverture vaccinale et à une recrudescence d’épidémies de maladies telles que la rougeole, parfois suivies de complications potentiellement graves.

Dorénavant les vaccins obligatoires seront au nombre de douze: aux vaccins contre la polio, la diphtérie, le tétanos, et l’hépatite B, se rajoutent ceux contre la coqueluche, la rougeole, la varicelle, les oreillons, la rubéole, le méningocoque B et C et l’haemophilus influenzae (cette dernière bactérie est responsable d’environ la moitié des otites moyennes aiguës chez les enfants). Lorsqu’un enfant s’inscrit à l’école maternelle, systématiquement les certificats de vaccinations seront demandés.

La « tendance » de ne pas vacciner les petits et de renoncer aux soins proposés par la médecine traditionnelle a eu pour conséquence ces dernières années de nombreux cas de décès de jeunes enfants pour des maladies tout à fait faciles à traiter ou évitables grâce aux vaccins. Dernière tragédie en date, le cas d’un petit garçon d’Ancona (centre de l’Italie) mort à cause d’une otite aiguë traitée par les parents avec des soins homéopathiques.

Roberto Burioni est un médecin généraliste qui depuis des années se bat contre les associations de parents « anti-vaccin » nées sur le web, en démontant les unes après les autres, toutes les argumentations portées au discrédit des vaccins et de la pharmacopée traditionnelle. Parmi elles, la relation entre autisme et vaccins, une info-intox qui circule sans aucune confirmation de la part d’un quelconque organe scientifique national ou international. Le médecin est régulièrement la cible des associations « anti-vax », les attaques contre lui se multiplient, jusqu’aux menaces de mort.

A cause de nombreux foyers de rougeole qui se développent dans différentes régions de la péninsule italienne (l’augmentation des cas a été exponentielle, 450%  en plus en 2017 par rapport à 2015), les Etats-Unis ont déclaré l’Italie comme « zone à risque sanitaire pour les voyageurs étrangers ». Le gouvernement a ainsi décidé de réagir, mais la polémique n’en fini pas de s’enflammer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here