Le procureur de la ville de Catane (Sicile), Carmelo Zuccaro, enquête sur les activités des ONG engagées dans le sauvetage des migrants qui arrivent sur la cote italienne et suspecte des liens troublants entre ces organisations et la mafia des passeurs libyens.

La mafia des passeurs s’enrichit chaque jour, la Libye, devenue une no man’s land depuis la chute de Khadafi, accueille de véritables camps de concentration où les migrants africains sont entassés, menacés, torturés, extorqués, avant d’embarquer vers la Sicile. Nous en avions déjà parlé sur DaVinci Post, et l’ouverture de cette enquête jette une lumière encore plus sombre sur l’affaire: certaines organisations humanitaires seraient prêtes à tisser des liens avec les trafiquants pour obtenir des financements! Le magistrat affirme avoir les preuves que ces contacts entre les uns et les autres existent bel et bien, mais l’enquête est en cours et le juge évite prudemment donner des noms, en se limitant à dénoncer « un phénomène à éclaircir ».

Interrogé par l’AFP en février dernier, le magistrat Zuccaro parlait d’une « prolifération anormale d’ONG, avec des moyens matériels sophistiqués, comme des drones, des matériels couteux qui nous mettent le doute sur ceux qui financent et pourquoi ils le font».

Ces révélations ont immédiatement partagé l’Italie en deux. Luigi di Maio, membre du Mouvement 5 Etoiles de Beppe Grillo, a tout de suite attaqué l’angélisme d’une certaine classe politique trop complaisante face à l’arrivée massive de migrants. D’autres, tel l’écrivain Roberto Saviano ou le directeur de la section italienne de Save the Children, Vittorio Neri, ont invité à présenter les preuves de ces graves accusations qui discréditent le travail de centaines d’organisations humanitaires et font le jeu des racistes de tous bords.

Pour sa part, l’agence Frontex dénonce quant à elle le fait que les trafiquants libyens profitent de l’activité des ONG et de leurs  bateaux qui surveillent les cotes à la  recherche de migrants en difficulté, pour larguer leur charges humaines dans les flots en sachant que les secouristes ne tarderont pas. Pour les migrants, la présence des unités navales des ONG constitue une garantie supplémentaire d’atteindre les rivages européens. Environ 32.000 personnes en détresse ont été sauvées en 2016.

Le gouvernement italien, et en particulier le Ministre de l’Intérieur Marco Minniti, invite à la prudence, tant que le procureur de Catane n’aura pas fournit des éléments concrets pour appuyer ses dires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here